Soirée Intercatrtel Psychanalyse et Cinéma

Psychanalyse et Cinéma : Jeudi 4 Octobre à 21h00 au 9 rue d’Angleterre à Nice.

En prélude aux 48èmes journées de l’Ecole de la Cause Freudienne  sur le thème « Gai, gai, marions nous! », l’Association de la Cause freudienne Estérel  Côte D’Azur présente sa soirée des cartels.

 

« Il n’y a pas de rapport sexuel qui puisse s’écrire »[1], nous dit Lacan. Pour faire couple il faut donc élaborer une formule singulière, un bricolage qui fasse que cela « s’emboîte », tant bien que mal. Faute de rapport, il y a une illusion plus ou moins partagée, un assemblage plus ou moins réussi de deux sujets qui resteront quoi qu’il arrive des « épars désassortis »[2]. Face à ce réel irréductible, à cet impossible de la rencontre entre deux parlêtres, chaque sujet doit inventer sa solution, son écriture…

C’est de ces solutions et de ces ratages que nous nous proposons de discuter durant cette soirée des cartels à travers plusieurs films récents qui ont attiré notre attention. Ces films qui nous ont mis au travail sont : « Phantom thread » (P.T. Anderson), « Le jour d’après » et « Seule sur la plage » (Hong Sang-Soo), « Un beau soleil intérieur » (Cl. Denis), « Avant que nous disparaissions » (Kiyoshi Kurosawa) et la série « Big little lies » (J.M. Vallée).

« Phantom thread » met en scène la relation chaotique d’un couple qui s’empoisonne mutuellement.

« Le jour d’après » et « Seule sur la plage » illustrent bien le non-rapport sexuel de Lacan avec la thématique commune de ses films sur les relations amoureuses, les rencontres manquées.

« Un beau soleil intérieur » nous offre un scénario moderne  qui nous montre qu’on n’aime pas de la même manière selon l’époque et le discours qui prévaut.

Avec son titre fataliste, « Avant que nous disparaissions » joue, de manière burlesque, avec les codes de la science fiction, pour mettre en scène des extraterrestres voleurs de concepts, mais surtout pour poser la question essentielle de l’amour.

« Big little lies », enfin, nous emmène dans une communauté très fortunée aux Etats Unis, où un petit grain de sable vient faire exploser les semblants, révéler les petites horreurs et les lâchetés du quotidien. Tout cela couve en silence pour se déchaîner un jour, tandis que l’amour et la haine apparaissent et disparaissent là où on ne les attend pas..

Autant d’œuvres cinématographiques qui traitent avec finesse d’un thème qui nous est cher sur lequel nous viendrons exposer nos travaux.

 

 

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :